RAPSoDiâ

Le projet « RAPSoDiâ » est un programme de recherche-action-participative qui cherche à favoriser la définition de concepts innovants en matière d’habitat et de manières d’habiter, de penser autrement les services, les formes d’entraide, d’auto-organisation ou de mutualisation de ressources, afin de répondre au besoin d’autonomie des personnes qui vieillissent et à leur désir de rester chez elles « jusqu’au bout ».

Ce programme est porté par la Fondation du Domicile (financeur), l’ANSA, Agence nouvelle des solidarités actives (pilote opérationnel), et l’association Hal’âge (pilote et gestionnaire de la démarche) en lien étroit avec un consortium de chercheur.es universitaires : Anne LABIT, coordinatrice (MCF en Sociologie, UMR CITERES, Université d’Orléans et de Tours), Alice ROUYER (MCF, géographie, aménagement et urbanisme, UMR LISST, Université de Toulouse 2-Jean-Jaurès), Catherine AVENTIN (MCF en Architecture, Laboratoire de recherche Architecturale, Ecole nationale supérieure d’Architecture de Toulouse), Corinne SADOKH (MCF en Architecture, Laboratoire de recherche Architecturale, Ecole nationale supérieure d’Architecture de Toulouse), Camille DELVAUX (MCF en sociologie, UMR ESO, Université de Caen).

L’originalité de la recherche-action est de permettre l’implication de plusieurs collectifs engagés dans la conception ou la mise en œuvre de projets reposant sur de nouvelles manières d’habiter ensemble à l’échelle de l’immeuble, de l’îlot ou du quartier. Ces collectifs comprennent, à côté des acteurs traditionnels du champ (élus locaux, bailleurs, associations de services aux personnes…) des seniors s’interrogeant sur leur parcours de vieillissement et l’évolution de leur place dans les collectifs où elles.ils sont engagé.es. En arrière-plan se pose la question des différentes formes d’érosion de l’autonomie et des limites qu’elles sont susceptibles de poser au bon fonctionnement des expérimentations dans lesquelles elles.ils sont engagé.es. Il s’agit dès lors ensemble de partager, d’un site à l’autres, projections et expériences, de réfléchir ensemble à la manière de dépasser par l’entraide les difficultés imposées, de définir clairement la gamme des problèmes à résoudre et les voies de leur résolution, en tenant compte de la singularité de chaque projet, mais aussi, du caractère transversal des difficultés rencontrées. Le rôle des chercheurs est de permettre aux collectifs de s’approprier les enjeux théoriques et les méthodologies d’investigations, afin d’accéder à un véritable statut de co-chercheurs. Organisés en réseau, les collectifs peuvent aussi accroitre leur compétence réflexive et analytique, donnant une assise à leur expertise citoyenne et force à leurs propositions.

Le carnet hypothèse RAPSoDIÂ a pour objectif de rendre compte régulièrement de l’avancée du projet, à l’échelle des différents sites engagés dans la recherche-action comme à l’échelle du réseau. Il permet également de fournir une information synthétique et actualisée à toute personne susceptible de s’y intéresser.